ICI
ACCUEIL > ACTUALITES > Un monde sans béton, ni bitume ?

Un monde sans béton, ni bitume ?

Alors que les épisodes de canicule se multiplient au fil des années, un retour à l’architecture traditionnelle est de plus en plus priorisée. Ces ouvrages réalisés à partir de matériaux naturels dont les propriétés allient légèreté, isolation, ventilation naturelle, reviennent au goût du jour et parviennent petit à petit à démoder le béton et le bitume.

Pourtant, les villes s’enrobent de ces matériaux depuis l’industrialisation de la fabrication du ciment et l’utilisation du pétrole, deux liants artificiels qui perfectionnent l’industrie de la construction et le secteur routier dans le monde. Animées par une succession d’innovations autour de ces matériaux au cours du 19ème et du 20ème siècle, les villes ont été le théâtre de la naissance de formes architecturales modernes et du développement des routes. Une tendance urbaine qui pose pourtant problème aujourd’hui avec la montée des températures et la multiplication des îlots de chaleur en ville.

Édifice de béton à Berlin en Allemagne ©Eric Marty via Unsplash
Alors que la construction représente une part importante des secteurs concernés par les enjeux de développement durable, celle-ci fait partie des domaines où les attentes en matière de réduction des émissions sont les plus importantes. Les matériaux comme le béton ou le bitume, grands émetteurs de CO² sont donc des cibles évidentes. De plus, ces matières reposent sur des ressources en voie de raréfaction, qui demandent des extractions de plus en plus néfastes pour l’environnement.

Mais comment réduire l’impact sur l’effet de serre de matériaux largement utilisés à travers le monde ? Pouvons-nous nous diriger vers une société sans béton, ni bitume ? Quels matériaux sont en mesure de les remplacer et est-ce souhaitable pour les constructions de demain ?

Le béton et le bitume, des inventions qui ont permis le développement des villes modernes

Le béton est un matériau dont le succès a été mondialisé. Appréciée pour sa durabilité et sa solidité, cette innovation s’est diffusée dans toutes les villes du monde depuis les années 1950. Outre ces deux propriétés, un des avantages du béton est la variabilité de sa composition qui le rend adaptable à diverses constructions comme les routes, les tunnels, les ponts, les barrages ou les bâtiments.

Les premières traces de béton remonteraient à l’époque de l’antiquité, mais il reste peu de constructions qui datent de ce temps-là aujourd’hui et qui peuvent en témoigner, du fait de leur composition alors friable. Fait de sable et d’argile, le matériau manquait autrefois de solidité pour tenir durablement. Ainsi, ce n’est qu’à l’époque romaine que le béton prend une forme plus solide et durable comme en témoigne le Panthéon de Rome.

Plafond du Panthéon de Rome ©Mathew Schwartz via Unsplash

Mais le béton doit sa renommée à la révolution industrielle et à deux personnalités de l’époque. C’est François Coignet qui imagine le béton armé en 1952 et construit le premier immeuble en béton coulé avec fers profilés enrobés, à Saint-Denis, en région parisienne ! Quand à François Hennebique, il fut le fondateur de la première firme de béton armé au début des années 1890, imposant le matériau sur le marché de la construction et des ouvrages d’art. Avant de monter son entreprise, le chef de chantier construisit et breveta, en 1867, le premier immeuble en béton aggloméré, un matériau qui finalement deviendra le plus utilisé dans la construction depuis plus d’une cinquantaine d’années.

Paru dans CDM Chantiers du Maroc n°177 – Novembre 2019

Top