ICI
ACCUEIL > ACTUALITES > Vulnérabilité et résilience des réseaux de transport : premier retour de la Biennale des Territoires du Cerema

Vulnérabilité et résilience des réseaux de transport : premier retour de la Biennale des Territoires du Cerema

La Biennale des Territoires

La Biennale des Territoires, l’événement du Cerema, consacrée cette année à la vulnérabilité et à la résilience des réseaux de transports, s’est achevée à Montrouge. Plus de 500 personnes s’y sont rendues, ces deux jours ont été l’occasion d’échanges en plénières, au cours d’une vingtaine d’ateliers, et lors de la soirée innovation consacrée aux start-ups. Les ministres en charge de l’environnement François de Rugy et des transports Elisabeth Borne sont intervenus à l’ouverture et lors de la dernière matinée de la Biennale.

La Biennale des Territoires, consacrée cette année aux infrastructures de transports, en particulier aux questions de vulnérabilité et de résilience, a été organisée par le Cerema, en partenariat avec Léonard, la filiale du groupe Vinci axée sur la veille, la réflexion et la prospective sur la ville de demain, et avec la Région Ile-de-France.

Le Cerema porte une vision étendue de la résilience: elle prend en compte, de manière assez classique, les aspects de gestion de crise et post-crise, mais également la nécessité de prendre en compte les phénomènes de dégradation chronique ainsi que l’adaptation à un futur marqué par l’émergence de nouveaux usages et de nouvelles technologies.

Cette notion de résilience permet non seulement d’améliorer la gestion patrimoniale intégrée des infrastructures, mais aussi de remettre les réseaux de transport au cœur des enjeux de la résilience des territoires.

Interventions des ministres François De Rugy et elisabeth borne
Lors de la séance plénière d’ouverture de la Biennale, le ministre de la Transition écologique et solidaire François De Rugy est intervenu. Il a souligné l’importance des réseaux de transport pour les territoires, les enjeux d’améliorer leur gestion et de réduire leurs vulnérabilités.

François De Rugy a également rappelé que l’adaptation des réseaux de transport contribue à la lutte contre le réchauffement climatique en favorisant de nouvelles formes de mobilités, et que des stratégies de maintenance des infrastructures doivent êtres développées en intégrant l’approche de la résilience, qui doit être au coeur des pratiques.

La résilience des réseaux routiers, c’est anticiper l’évolution de différents paramètres, notamment les transports, les déplacements, la mobilité, et cela aussi bien en ville que dans les espaces peu denses, et c’est aussi adapter ces réseaux aux nouveaux usages, a précisé François De Rugy: ” Le réseau routier peut-il servir à autre chose que la circulation traditionnelle des voitures et poids lourds ? Pourra-t-il s’adapter à de nouveaux usages ? C’est un enjeux de la résilience des réseaux de transport ! 

Par ailleurs, le ministre a rappelé que la France dispose de savoirs-faire en la matière.
La ministre des Transports Elisabeth Borne était présente lors de la dernière séance plénière de la Biennale, le mercredi 20 mars.

La ministre est intervenue afin de présenter les stratégies nationales françaises en matière de transports et de résilience des réseaux de transports, notamment une initiative concernant la sécurité des ponts, mise en place après l’accident du pont de Gênes, menée en partenariat avec les associations d’élus, et reposant sur les compétences de plusieurs structures : le Réseau Scientifique et technique du ministère en charge de l’environnement, l’IDRRIM (Institut des routes, des rues et des infrastructures pour la mobilité), l’IFSTTAR (Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux), le Cerema.

Elisabeth Borne a rappelé qu’il existe un réel enjeu dans l’entretien du patrimoine d’infrastructures, et que pour mener des politiques d’entretien et de résilience des réseaux de transports efficaces et innovantes, la donnée joue un rôle essentiel.

Top