ICI
ACCUEIL > ACTUALITES > Objectif zéro déchets en 2020 : un village japonais donne l’exemple

Objectif zéro déchets en 2020 : un village japonais donne l’exemple

zéro déchets : objectif village japonais

Pour les 1700 habitants du village de Kamiktasu la politique du zéro déchets est déjà une vieille histoire. Cela fait déjà 16 ans que ses habitants recyclent 45 types de déchet en treize catégories différentes : l’objectif ultime est d’arriver à zéro déchet en 2020 et ceci sans rien incinérer ni ensevelir.

« Nous avons atteint un taux de recyclage de 81% contre 20% pour l’ensemble du pays. Avec un tel résultat, nous pouvons prouver au reste du monde que le changement est possible et qu’on peut y arriver en agissant ensemble », a affirmé Akira Sakano, responsable adjointe de l’ONG japonaise Académie zéro déchet et elle-même originaire de la ville où elle a tenu à se réinstaller en 2014, « persuadée » dit-elle « qu’en agissant sur le terrain et à un niveau local on obtient de bien meilleurs résultats que dans une grande ville ». Cette experte et passionnée siégeait parmi les sept coprésidents du Forum économique mondial de Davos 2019. Elle est à l’origine de la stratégie zéro déchet des trois « R » : réduire, réutiliser et recycler. Et d’ajouter : « Dans une société zéro déchets, la stratégie des trois ‘R’ est aussi importante que celle des trois ‘L’ : local, low-cost, low impact et low tech [local, bon marché, à faible impact et à faible technologie ».

Jusqu’au début des années 2000, le village incinérait ses déchets à l’instar du reste du pays. Le gouvernement japonais a ensuite introduit une série de nouvelles règles visant à réduire les émissions nocives de dioxine. « La municipalité a donc dû fermer ses incinérateurs et trouver une alternative écologique et économique, et elle a forcé ses habitants à repenser complètement leur gestion des déchets. Voilà comment le projet zéro déchet est né ». « Aujourd’hui, l’incinérateur le plus proche se trouve dans une autre ville, cela nous couterait donc six fois plus de transporter nos déchets pour les incinérer que de les recycler ». conclue Akira Sakano.

Paru dans CDM Chantiers du Maroc n°170 – Mars 2019

Top