ICI
ACCUEIL > ACTUALITES > Inspection des ouvrages d’art : après le japon, le Maroc intègre la méthode « Ninja-Tech »

Inspection des ouvrages d’art : après le japon, le Maroc intègre la méthode « Ninja-Tech »

NINJA Tech Maroc

La Société Nationale des Autoroutes du Maroc (ADM) a organisé récemment, une démonstration de la méthode « NINJA Tech », au niveau du pont à haubans Mohammed VI. Le Maroc devient, ainsi, le premier pays en Afrique, a avoir ses propres Ninjas -Tech, pour l’inspection et l’auscultation des ouvrages d’art et des bâtiments de grande hauteur sans utilisation d’un équipement d’accès lourd.

Contrairement aux méthodes classiques lourdes en équipement, cette technique consiste à former des personnes capables d’accéder aux zones sensibles des ponts en toute sécurité, moyennant du matériel spécial, et sans recours aux équipements d’accès lourds.

Trois nouveaux cadres d’ADM, ont bénéficié d’une formation de deux ans, durant laquelle plusieurs missions ont été organisées entre le Maroc et le Japon. Leur entrainement a consisté en des milliers d’heures de pratique et d’exercice sur le terrain durant lesquels une multitude de ponts ont été inspectés au Maroc comme au Japon.

A l’issue de cette formation les candidats ont passé avec brio l’examen afin d’acquérir la certification « NINJA-Tech » en Mai 2018. Les trois personnes ainsi formées est le premier trio composé de Ninjas non-japonais au monde, et bientôt une deuxième promotion sera également formée au Japon, avec l’objectif d’atteindre au moins 10 à 20 cadres aguerris à cette technique.

Cette coopération Maroc-Japon permet à ADM de se positionner au premier rang dans le domaine d’inspection des ouvrages, l’objectif étant, à moyen terme, d’offrir ce service aux gestionnaires d’infrastructures au Maroc et même en Afrique. En guise de démonstration les lauréats ont effectué une inspection
au niveau du pont à haubans devant un parterre de journalistes marocains et des représentants de l’ADM et l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA), et des entreprises nippones Hanshin Express Way Co.

Ltd (société concessionnaire d’autoroute) et TKG (entreprise spécialisée dans l’inspection des ouvrages d’art et des travaux en hauteur). Pour sa part, le représentant résident de la JICA au Maroc, Asahiko Karashima, a indiqué que cette formation est une « immense fierté » pour les cadres marocains, relevant que cela témoigne de leur parfaite qualification en vue de réaliser des travaux d’entretien des ouvrages d’art au Maroc. Il a précisé que « cette formation s’inscrit dans le cadre des actions de coopération de la JICA qui aspire à mettre les technologies et techniques des entreprises japonaises au service du développement socio-économique du Royaume, contribuant ainsi à la réalisation des objectifs de développement durable ».

« Le travail de nos Ninjas Marocains sera d’une très grande importance vu le volume important des travaux d’entretien actuel ainsi que les grandes
infrastructures de standards internationaux que le pays commence à construire », a-t-il avancé, ajoutant « que le bon fonctionnement de ces infrastructures nécessitera une maintenance régulière et un suivi rigoureux. D’où la nécessité de former encore plus de Ninjas pour répondre aux besoins du Royaume
dans ce sens».

Paru dans CDM Chantiers du Maroc n°171 – Avril 2019

Top