ICI
ACCUEIL > ACTUALITES > La Philharmonie de Paris réclame 170 millions d’euros à Jean Nouvel

La Philharmonie de Paris réclame 170 millions d’euros à Jean Nouvel

Le dérapage financier survenu lors de la construction La Philharmonie de Paris, dont le coût est passé de 173 millions d’euros à 386 millions, est au cœur du conflit entre l’architecte et l’établissement public. La salle de concert parisienne a été inaugurée en 2015.

Une facture astronomique et un conflit judiciaire qui se durcit : sommé de payer 170 millions d’euros pour les surcoûts survenus lors du chantier, l’architecte Jean Nouvel porte plainte contre la Philharmonie de Paris, l’accusant de lui réclamer des sommes « indues ».

Près de cinq ans après l’inauguration de la prestigieuse  Philharmonie de Paris conçue par jean Nouvel une bataille judiciaire rangée est engagée entre le maitre d’œuvre et le maitre d’ouvrage.

La raison de la brouille : le cout du bâtiment qui aurait coûté 386 millions d’euros au lieu de  173 millions d’euros de l’estimation de départ en 2006. Les Ateliers Jean Nouvel, justifient ce dépassement par la gestion défaillante de la Philharmonie elle-même alors que cette dernière l’accuse d’avoir fortement sous-évalué les coûts et d’avoir effectué des « modifications permanentes ».

En avril 2017, l’établissement public chargé de gérer la salle a adressé une facture de 170,6 millions d’euros à l’architecte dont 110 millions d’euros de pénalités de retard. « La somme demandée […] est près de dix fois supérieure aux honoraires des Ateliers Jean Nouvel, elle équivaut à un arrêt de mort du cabinet de l’architecte », s’indignent ses avocats, Me William Bourdon et Vincent Brengarth. Un communiqué de l’Agence Jean Nouvel affirme que l’établissement public est « seul à l’origine de l’ensemble des contentieux et non l’inverse ». estimant également que « ce ne sont pas ses demandes techniques qui ont provoqué un renchérissement du budget initial mais bien la sous-estimation délibérée du maître d’ouvrage et sa mauvaise foi dans la gestion du chantier ». 

Paru dans CDM Chantiers du Maroc n°178 – Décembre 2019

Top