ICI
ACCUEIL > ACTUALITES > ARCHITECTURE > La Journée nationale de l’architecte place l’humain au cœur de la réflexion !

La Journée nationale de l’architecte place l’humain au cœur de la réflexion !

l’architecte

Pour célébrer l’architecture et l’architecte autour de la citoyenneté, la 32ème Journée nationale de l’architecte, tenue à Fès les 13 et 14 Janvier, s’est proposée de revisiter le rôle et l’action de ce dernier vis-à-vis du citoyen et de son quotidien. Sous le haut patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, le thème de « l’architecture au service du citoyen » aura été, pendant deux jours discuté, débattu et étayé par des actions fort éloquentes et témoins de la sensibilité sociale et environnementale des architectes.

Véritable occasion de célébrer l’architecture et l’architecte, cet événement organisé par l’Ordre national des architectes en partenariat avec le ministère de l’Aménagement du territoire national, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la ville a tenu toutes ses promesses.

Cette édition, en plus de commémorer le 32ème anniversaire du discours prononcé le 14 janvier 1986 par Feu SM le Roi Hassan II devant le corps des architectes, célèbre également le 12ème anniversaire de la Lettre Royale adressée par SM le Roi Mohammed VI aux architectes le 18 janvier 2006. Lors de cette étape déterminante de Fès, les questions liées à la sauvegarde et à la réhabilitation du patrimoine architectural national, aux défis de la durabilité dans la production architecturale marocaine et au rôle citoyen de l’architecte ont été au centre de toutes les préoccupations.

En effet, selon le ministère, cet évènement a constitué une plateforme de débats et de partage autour des thématiques qui ont trait à la production architecturale au Maroc, qui connaît aujourd’hui un «tournant historique», eu égard aux nouvelles lois et aux décrets relatifs à l’exercice de la profession.

A ce titre, une série de conférences, d’expositions et d’ateliers de réflexion ont animé le programme rehaussé par la participation d’un parterre d’éminents experts constitué d’institutionnels, de professionnels, d’acteurs de la société ainsi que d’invités internationaux. Une parfaite occasion de sensibiliser l’ensemble des participants sur les réalités de l’exercice de la profession d’architecte et des perspectives qui s’offrent pour le devenir de l’architecture au Maroc.

L’architecte, ce citoyen qui façonne et conçoit notre cadre de vie !
«Les architectes n’ont pas cessé depuis des années de démontrer qu’ils sont proches des citoyens, à travers de nombreuses actions ; d’où le choix du thème de cette journée « l’Architecture au service du citoyen». Ces propos signés Azdine Nekmouche, Président de l’ordre nationale des architectes ont dessiné les contours de cette 32ème édition de la célébration de l’architecte. Autrement dit, être au service du citoyen est un devoir civique pour le CNOA qui a débuté la première journée de son programme sur un volet d’activités citoyennes et de relation avec la société et l’environnement. En effet, dès le samedi 13 Janvier, la ville de Fès, classée patrimoine mondiale de l’UNESCO a vu le lancement des travaux de revalorisation d’une ruelle à « Hay Zaza » où se situe l’Ecole Nationale d’Architecture. Un bâtiment dont la vétusté interpelle au plus haut degré l’ensemble des membres du conseil qui ambitionne sa rénovation par les architectes et pour les élèves architectes dans le but de leur permettre une meilleure formation et un meilleur cadre d’apprentissage. Il a aussi été question du lancement des travaux de mise à niveau paysagère d’une partie de «la place de la résistance», où le parc une fois rénové constituera un patrimoine durable mis à la disposition de la ville : une belle manière d’allier embellissement de la ville et préservation des espaces verts dans le milieu urbain. Durant cette journée, la fibre sociale de l’ordre nationale des architectes ainsi que son souci du bien-être de toutes les couches qui composent la société marocaine ont été mis en exergue lors de l’inauguration des travaux d’un pont métallique à tannerie « Chouara ». En effet, cette passerelle permettra un gain de temps important passant par une réduction considérable du pénible trajet des tanneurs. Cette journée se terminera sur un moment fort : la mise en lumière de la porte urbaine « Bab Boujloud ».

Fès brille aux couleurs de la porte urbaine de « Bab Boujloud »
Lors de cette cérémonie d’illumination, à laquelle ont pris part le chef du gouvernement Saâd Eddine El Othmani et de nombreuses autres personnalités dont le Ministre de la Culture et de la communication, Mohamed Laâraj ainsi que Saïd Zniber, architecte et Wali de Fès qui a procédé à l’illumination de Bab Boujloud, un des monuments phares de la capitale culturelle qui fait partie intégrante du patrimoine culturel national. Parlant de culture, le Chef du gouvernement ne manquera pas de souligner « le rôle de l’architecture dans la valorisation de l’identité nationale, en ce sens que l’architecte ne réalise pas seulement un travail purement technique en construisant des murs, mais contribue à la préservation et au renforcement de l’identité et de la culture de la société ».
Une culture qu’il faut alors préserver, d’où la pertinence de la réhabilitation de ce monument vieux de 12 siècles, nous fait savoir la secrétaire d’Etat chargée de l’habitat, Fatna El Khiel qui a souligné que cette action de mise en valeur de ce monument historique ancien redirigera les projecteurs sur la ville elle-même qui a tant à offrir.

Pour sa part, Azdine Nekmouche, Président de l’Ordre national des architectes, a insisté sur l’héritage que l’architecte se doit de préserver pour le transmettre aux générations futures. Une mission clef qui légitime l’intérêt particulier accordé à toute la profession par Feu SM le Roi Hassan II.

Illumination de la pore de Bab Boujloud un des joyaux de l architecture de Fès
Illumination de la pore de Bab Boujloud un des joyaux de l architecture de Fès

Une cérémonie d’ouverture officielle sur mesure
Placée sous le Haut Patronage de sa Majesté le Roi Mohammed VI, la deuxième journée de cette 32ème édition a drainé tout le beau monde gravitant autour du bâti, mais également des décideurs politiques gouvernementaux emmenés par le Premier Ministre, Saâd Eddine El Othmani. Cette journée du dimanche 14 Janvier a été marquée par des conférences et débats animés par des architectes marocains et étrangers de renom, ainsi que des séances d’hommage et des signatures de conventions.

Dans son allocution à la session d’ouverture, le Chef du gouvernement a indiqué que le gouvernement est disposé à accompagner les architectes pour trouver des solutions aux difficultés que rencontre le secteur. Il a également souligné que ces solutions devraient être élaborées dans un cadre de partenariat entre les différentes parties concernées par le cadre bâti. Par ailleurs, il s’est félicité du choix du thème «L’architecture au service du citoyen», lequel met l’accent sur « la promotion de l’architecture en tant qu’approche au service du citoyen et de la Patrie et non pas sur la personne de l’architecte ». Pour finir, El Othmani a saisi cette occasion pour appeler à la création d’un «Prix du projet architectural citoyen» pour récompenser, à l’occasion de la Journée nationale, les architectes qui accomplissent des travaux respectant les dimensions urbanistiques, culturelles et citoyennes.

Cela dit, l’engagement, la conscience, la responsabilité, la citoyenneté… telles sont les sacrosaintes valeurs érigées en ligne de conduite par le CNOA qui nourrit l’ambition de voir la construction durable se développer dans le Royaume. C’est dans ce registre qu’une convention de partenariat a été signée entre le Conseil national de l’Ordre des architectes (CNOA) et l’Agence pour la coopération allemande (GIZ) visant à renforcer les compétences des architectes en matière d’efficacité énergétique. En d’autres termes, nous assistons aux préludes d’une nouvelle ère, le vent de la durabilité soufflera dans le secteur du cadre bâti : et quelle aubaine que les architectes en soient les artisans !

Paru dans CDM Chantiers du Maroc n°159 – Mars 2018

Top