ICI
ACCUEIL > ACTUALITES > ENVIRONNEMENT ET CONSTRUCTION DURABLE > L’innovation, moteur de la Construction

L’innovation, moteur de la Construction

innovation dans la construction

Le CES de Las Vegas, royaume de la start-up, fait accourir tous les décideurs de la planète à la recherche des technologies du futur, parce que l’innovations  préfigure les standards de consommation et d’usage de demain, notre futur en quelque sorte.

On parle souvent de 3ème révolution industrielle pour désigner ce monde de technologies, c’est probablement plus juste d’utiliser le néologisme de révolution « usagielle » tant l’habitant est au centre des logiques des développeurs :

L’habitant a désormais le choix des technologies et des marques. On sort de l’ère des technologies propriétaires utilisant un langage unique et fermé (c’est le passé) : les fabricants montrent l’éventail des solutions et des acteurs avec lesquels leurs produits sont compatibles, communicants et « friendly » (world of compatibilities).

L’habitant de demain est parfaitement informé de la qualité de son environnement. On mesure tout dans le nouvel Habitat : Composés Organiques Volatiles, monoxyde de carbone (CO), méthane, dioxyde d’azote lié à la pollution extérieure, lumière ambiante, température et humidité, bruit et pression atmosphérique. L’offre de capteurs est pléthorique, les produits sont miniaturisés, reliés ou intégrés à des « box » ou interfaces de gestion qui consolident l’information et la retranscrivent directement sur smartphone.

La voix des hommes prend le pouvoir (pas toujours disponible en français). Elle commande la plupart des appareils (lumière, volets, chauffage, serrures…). Les assistants personnels obéissant à la voix – ou robots conversationnels – développés pas les GAFA créent un nouveau marché et sont copiés par des acteurs du monde entier, cela semble être le nouveau standard. A l’aube de l’explosion de la demande avec la 1ère génération de produit, on trouve déjà des solutions « GAFA free » avec des environnements complètement sécurisés. C’est aussi une opportunité pour les acteurs traditionnels du second-œuvre, car ce sont bien les appareils de chauffage et climatisation qui permettront d’améliorer et contrôler le confort intérieur et la qualité de l’air, tout cela commandé par la voix de l’habitant ou l’analyse de ses besoins. Des grands noms du secteur ont bien compris qu’il valait mieux monter dans ce train de l’habitat connecté ouvert plutôt que le regarder passer et affichaient leur partenariat ou même des co-développements.

L’Intelligence Artificielle dans l’habitat, ce n’est pas pour tout de suite. Beaucoup de solutions d’assistants personnels en font un argument, en réalité la technologie est pour l‘instant capable d’analyser le comportement de l’habitant sur quelques jours – heure du réveil, emplacement des lumières allumées, heures de départ au travail et donc de fermeture de la maison – et de reproduire ce scénario par anticipation de façon mécanique. Par contre il faut faire exactement la même chose chaque matin en se levant, à la même heure et dans le même ordre!

L’habitat est plus sécurisant et rassurant. Le smartphone véritable « clé digitale » ouvre et surveille la maison à distance, par la voix ou même par Messenger. Les caméras sont autonomes et préviennent lorsque les enfants rentrent. Et donc la cyber-sécurité pour l’habitat se développe puisque personne n’a envie qu’un hacker ouvre sa maison à distance. Des acteurs connus de la cyber-sécurité et des logiciels de protection préemptent ce marché.
La qualité de l’air et la santé deviennent la nouvelle priorité. La mesure des polluants de l’air est la fonctionnalité offerte par tous les systèmes, parfois connectés aux solutions des acteurs de l’e-santé.

L’habitat est plus économe en eau. La douche et même le jardin sont dorénavant connectés et l’habitant peut gérer ses consommations d’eau.
L’habitat ou plutôt l’unité d’habitation crée une valeur que l’on ne soupçonnait pas. Le chauffage devient gratuit pour l’occupant puisqu’il est payé par un fournisseur de services qui installe dans votre maison des mini-Datacenters qui servent de radiateur et à l’esthétique d’un radiateur ; l’unité d’habitation fournit donc un service de cloud à des opérateurs. De nouveaux radiateurs sont équipés de batteries de stockage pour stocker l’énergie au moment de la journée où elle est la moins chère pour la consommer aux heures pleines et réaliser des économies significatives voir même de la revendre au réseau.

Le Bâtiment est donc au cœur de cette révolution de la demande par l’usage, et à la veille d’un défi de taille, celui d’accélérer sa démarche d’innovation pour être capable de répondre aux attentes grandissantes des usagers. Aujourd’hui, la filière du Bâtiment a également une formidable occasion de changer son image, et d’accroître son attractivité pour recruter ses futurs acteurs en remettant en perspective et en lumière toutes les innovations qu’elle développe depuis bien des années et à travers tous les acteurs de la filière : architectes, industriels, entrepreneurs, formateurs, centres techniques, stars-ups…

par Guillaume Loizeaud
Directeur de la Division Construction
Reed Expositions France

Source : Construction21 France

Top