ICI
ACCUEIL > ACTUALITES > Ingénierie : JESA continue sur sa grande lancée africaine

Ingénierie : JESA continue sur sa grande lancée africaine

JESA continue sur sa lancée africaine

Joint-venture entre l’OCP et Jacobs Engineering, Jesa (Jacobs Engineering S.A) continue tranquillement sur sa lancée africaine et cumule les succès. Pour preuve, l’entreprise va bientôt mettre en place un bureau de représentation dans la capitale éthiopienne Addis-Abeba.

« Nous ferons de notre mieux pour figurer parmi l’équipe qui va construire l’usine d’engrais lancée par l’OCP en Éthiopie », avait déclaré Abdelaziz El Mallah, Dg de Jesa, s’agissant d’un projet nécessitant un investissement global de 3,7 milliards de dollars.

Contrats africains
Jesa compte à son actif une panoplie de contrats conclus en Afrique, notamment en Côte d’ivoire, en Éthiopie, au Rwanda et à Conakry et a déjà installé ses bureaux à Abidjan. Toujours selon Abdelaziz El Mellah, le potentiel en Afrique est important et l’avenir est prometteur. Un des objectifs du symposium dédié à l’ingénierie en Afrique qui poursuit ses travaux à Marrakech est de montrer ce potentiel.
De fait, l’entreprise est aujourd’hui considérée comme une référence africaine de l’ingénierie et des services industriels. Elle peut être fière de ses gros marchés tels que la gare interurbaine d’Abidjan, le « Faubourg Lébou émergent » au Sénégal, la Tour BCP, le Data center de Maroc Telecom, etc.

Abdelaziz El Mellah explique cet engouement pour le continent du fait que « tout est à faire en Afrique pour les infrastructures où il existe un fort déficit. Les routes, le transport, les énergies, l’accès à l’eau, la communication…ces chantiers qui démarrent à peine. Et puis, il y a aussi le volet industriel et particulièrement le domaine minier. L’ensemble de ces projets nécessitent donc un accompagnement d’ingénierie ».

Une entreprise locale à vocation mondiale
Afin de mieux comprendre la stratégie intercontinentale de l’entreprise, il est utile de rappeler qu’à sa création, l’idée de départ était de fonder une entreprise de taille mondiale autour d’une ingénierie de haut niveau, réalisée par des ressources et compétences locales.
A sa naissance en 2009, Jesa ne comptait que quelques cadres pour enregistrer un effectif de 1 200 personnes en 2015. Aujourd’hui, l’entreprise compte 1.400 personnes et son objectif est d’atteindre les 5 000 personnes à l’horizon 2025.
Selon son directeur général, Abdelaziz El Mellah, les trois objectifs de Jesa sont : être le point central de l’expertise de l’ingénierie au Maroc, et devenir leader en Afrique mais aussi leader mondial dans l’ingénierie du phosphate. En outre, les projets internationaux les plus avancés de l’entreprise pour l’ingénierie des phosphates sont en Asie et au Moyen-Orient, avec des contrats déjà conclus et qui ont démarré au Pakistan, à Oman, et en Arabie Saoudite…

Concernant sa stratégie africaine, Abdelaziz Mellah explique bien que « nous avons pensé notre expansion aussi bien en Afrique francophone qu’anglophone, mais cette expansion demande du temps. Nous avons choisi de commencer d’abord par assurer un ou plusieurs projets avant d’ouvrir nos bureaux sur place. C’est le cas pour Abidjan et nous avons d’ailleurs conclu un partenariat avec la plus grande société d’ingénierie en Côte d’Ivoire pour travailler ensemble dans cette région. Nous avons également remporté plusieurs contrats en Éthiopie et nous allons ouvrir prochainement des bureaux à Addis-Abeba. Enfin, nous sommes sur des projets au Rwanda, à Conakry…Outre les infrastructures, nous avons plusieurs clients et prospects en Afrique dans le secteur des phosphates ».

La rédaction

Paru dans CDM Chantiers du Maroc n°151 – Juin 2017

Laisser un commentaire

Top