ICI
ACCUEIL > ACTUALITES > Infrastructure : Essaouira se développe à grande vitesse

Infrastructure : Essaouira se développe à grande vitesse

Essaouira se renouvelle radicalement

Essaouira, la Cité des Alizés, s’est transformée, en l’espace de quelques mois, en un immense chantier où plusieurs projets de développement, tous secteurs confondus, sont en cours.

Il s’agit notamment de projets qui vont consolider l’infrastructure de la ville : la santé, le sport, la pêche maritime et le tourisme, et en même temps rehausser le paysage urbain de la ville touristique et améliorer la qualité de vie des citoyens tout en préservant l’environnement.

Mise à niveau urbaine
Il faut souligner de prime abord, que ces projets entrent dans le cadre du Programme de mise à niveau urbaine d’Essaouira, dont la 2ème tranche (2015-2018) est en cours de réalisation.
Principalement fondé sur les résultats d’une étude sur la mise à niveau de la Médina réalisée par l’Agence urbaine en vue de définir les projets intégrés, ce programme s’articule autour de 3 axes principaux; à savoir la mise à niveau de la deuxième tranche de l’ensemble (Boulevard Mohammed V/corniche, l’aménagement des jardins des remparts et des places publiques), la réhabilitation de la Médina d’Essaouira et la réhabilitation du quartier Mellah.
Quant à la mise à niveau de la deuxième tranche de l’ensemble, ces projets consistent en l’extension et le renforcement du réseau d’assainissement des eaux pluviales, la rénovation du réseau d’éclairage public et éclairement des espaces verts, places et remparts, la rénovation de la voirie et revêtement des chemins piétons, l’aménagement des espaces et systèmes d’arrosage, l’organisation de la circulation des véhicules, la fontainerie et le mobilier urbain.

La Médina réhabilitée
Pour ce qui est du programme de réhabilitation de la Médina d’Essaouira, il comprend le renforcement des infrastructures de la médina, le traitement du cadre bâti, dont la réfection des maisons dégradées, la transformation des équipements de proximité (ancienne salle couverte et l’ancien palais de justice), la restauration, la réhabilitation et valorisation du patrimoine culturel, la restauration d’équipements de culte (une mosquée et 6 zaouïas), et le réaménagement d’espaces publics (marché aux poissons).
Ce programme comprend également la réhabilitation du quartier Mellah dont les principaux axes sont le renforcement des infrastructures du quartier et la restauration des remparts du quartier côté terre et côté mer.
Quant au port de pêche d’Essaouira, il fait l’objet actuellement de travaux d’extension destinés à doter ce port de nouvelles infrastructures portuaires.
D’un coût total de 127,5 millions de dirhams (MDH), ces travaux consistent en l’élargissement du terre-plein sur 2 ha, la construction d’un quai de déchargement de poisson, la construction d’une darse pour élévateur à bateaux, la construction d’une digue de protection de la Sekkala, le dragage et déroctage du bassin et la mise en place d’appontements flottants.
Ce projet, dont les travaux s’étaleront sur 24 mois, s’inscrit dans le cadre de la stratégie nationale portuaire à l’horizon 2030. Il vise aussi à répondre à la vocation touristique de la Cité des Alizés.
Ainsi. le port disposera d’un plus grand espace pour les installations et équipements de salubrité pour la pêche, en conformité avec les normes internationales et notamment celles de l’Union européenne (UE) et offrira de meilleures conditions de sécurité aux pêcheurs et plaisanciers.

nouveau look d'essaouira
Essaouira se transforme

Infrastructures sportives
Pour ce qui est du secteur de la jeunesse et des sports, il est à rappeler que le stade municipal de football à Essaouira fait l’objet actuellement de travaux de mise à niveau pour un montant estimatif de 16 MDHS.
Ce projet consiste en l’achèvement des travaux de construction des tribunes et bâtiments existants, de la mise à niveau des aires de jeux, de la construction d’une nouvelle tribune avec des services et équipements annexes et de la pose d’une pelouse esthétique.
La mise à niveau de cette importante structure sportive vise à doter la ville d’Essaouira d’un terrain de football à la hauteur des attentes des populations et de nature à promouvoir le sport dans la ville à travers la réalisation d’un terrain omnisports et d’une piste d’athlétisme.
Les travaux de mise à niveau sont réalisés en partenariat entre le ministère de la Jeunesse et des Sports, la Province d’Essaouira et la commune urbaine d’Essaouira. D’une superficie de 18.000 m2, le stade d’Essaouira est doté d’une capacité de 4.000 places assises.

Extension de l’hôpital provincial
L’hôpital provincial Sidi Mohammed Ben Abdellah à Essaouira bénéficie lui aussi de travaux d’extension et d’aménagement externe. Ces travaux rentrent dans le cadre du programme de mise à niveau des hôpitaux marocains mené par le ministère de la Santé. Les travaux sont programmés en deux tranches, la première d’un coût global de 111 MDH, dont 35 MDHS alloués à l’équipement, concerne les travaux d’extension de l’hôpital Sidi Mohammed Ben Abdellah.
Financés en partenariat avec la Banque européenne d’investissement (BEI), ces travaux permettront à cette structure sanitaire d’avoir son autonomie. Le service de réanimation par exemple sera à la hauteur des attentes des populations et du rayonnement touristique de cette ville.
Les travaux d’extension visent à sécuriser la prise en charge des patients et à améliorer le cadre et les conditions de travail du personnel de l’hôpital Sidi Mohammed Ben Abdellah.
L’hôpital sera doté d’équipements de pointe. A titre d’exemple, le service des urgences, qui s’étendra sur 770 m2, sera spacieux pour la prise en charge des malades de même que le bloc opératoire sera doté de 6 salles d’opérations. La fin des travaux pour cette première tranche est prévue à la fin 2017.
D’un coût global de 13 MDHS, la deuxième tranche concerne l’aménagement externe et les travaux d’assainissement de l’hôpital Sidi Mohammed Ben Abdellah, en plus des travaux de la mise à niveau de l’ancien bâtiment.
Une fois les travaux finis, la capacité d’accueil de l’hôpital passera de 303 à 359 lits. La capacité du service de la maternité par exemple augmentera de 20 lits.

La construction prochaine de l’hôpital de proximité Tamanar allégera la pression sur l’hôpital provincial Sidi Mohammed Ben Abdellah et renforcera l’offre de soins dans la province.
Cette infrastructure sanitaire à Tamanar est dotée d’une capacité de 45 lits et 5 spécialités (accouchement obstétrique, pédiatrie, urgences et médecine de la chirurgie). L’événement le plus marquant à Essaouira sera sans aucun doute le lancement prochain de « la Cité des arts, du patrimoine et de la culture ». Érigée sur 4 ha avec un coût total de plus de 300 millions de DHS, cette infrastructure culturelle unique dans la rive sud de la Méditerranée comportera notamment une salle de spectacles de 3.000 places, un conservatoire de musique et une salle d’exposition des œuvres artistiques.

La rédaction

Essaouira, la « la bien dessinée »

Essaouira, qui signifie « la bien dessinée » en berbère, est une ville fortifiée datant de l’époque des phéniciens qui lui donnèrent le nom de Migdol (petite forteresse). En 1506, la ville deviendra le siège d’une forteresse portugaise consolidée par la construction de remparts.
La ville actuelle d’Essaouira date de 1765. C’est le Sultan alaouite Sidi Mohamed ben Abdallah qui décide de construire un port destiné à ouvrir la ville sur le monde. Il fait alors appel au français Théodore Cornut, spécialiste des fortifications militaires et disciple de Vauban, qui puisera son inspiration sur le modèle des fortifications de Saint-Malo.
Il construira la fameuse Sqala, une esplanade de 200m de long, dotée de canons et d’un fort dans la plus pure tradition européenne. La médina d’Essaouira est donc la seule médina du Maroc construite sur plans. La ville est aussi connue à travers le monde grâce à son festival de musique Gnaoua qui en est à sa 20ème édition et qui enregistre chaque année la participation et la présence de stars internationales de la musique et de personnalistes artistiques, politiques et culturelles mondialement renommées.

Paru dans CDM Chantiers du Maroc n°152 – Juillet 2017

Laisser un commentaire

Top