ICI
ACCUEIL > ACTUALITES > ARCHITECTURE > Une nouvelle distinction solennelle pour l’architecte Pierre-Louis Faloci

Une nouvelle distinction solennelle pour l’architecte Pierre-Louis Faloci

distinction Pierre-Louis Faloci

Pierre-Louis Faloci reçoit le Grand Prix national de l’architecture. Créé en 1975, est la plus haute distinction française dans cette discipline. Ce prix récompense la démarche d’excellence et, en particulier, l’exemplarité et la cohérence du parcours professionnel et de la production architecturale, l’engagement au service des enjeux de société notamment environnementaux, l’apport théorique dans les domaines de la recherche et de l’enseignement, le lien entre les valeurs esthétiques, éthiques et constructives de la production, la prise en compte des usages pour une architecture du quotidien, et également la capacité de construire avec l’existant et de le transformer.

Cette année, le nouveau ministre français de la Culture et de la communication, réuni vendredi 19 octobre à Paris au côté du jury complet, a dévoilé le lauréat 2018 de ce fameux prix : Pierre-Louis Faloci. Cet architecte est le concepteur de nombreux lieux de mémoires, tels que le musée de la bataille de Valmy dans la Marne, et le musée de la Guerre 14-18 à Lens. Il a réalisé aussi la transformation du musée Rodin et la réhabilitation de l’ancienne Halle aux sucres de Dunkerque.

Pierre-Louis Faloci a reçu notamment plusieurs prix et distinctions importants, à savoir : Chevalier de la Légion d’honneur, Chevalier de l’Ordre national du Mérite, Chevalier des Arts et des Lettres, trois fois nommé au Prix Mies van der Rohe, 1993, 1997 et 2009, Équerre d’argent pour le Centre européen d’archéologie du Mont Beuvray, Saône-et Loire (71) en 1996, et la Médaille d’argent de l’Académie d’architecture en 1995.

A titre informatif, le prix du Grand Prix national d’architecture a été notamment distingué, ces dernières années, des architectes comme Patrick Berger (2004), Rudy Ricciotti (2006), Anne Lacaton & Jean-Philippe Vassal (2008), Frédéric Borel (2010) et Marc Barani (2013).

Paru dans CDM Chantiers du Maroc n°166 – Novembre 2018

Top