ICI
ACCUEIL > ACTUALITES > Convention entre CNOA et AAPM : quels sont les engagements ?

Convention entre CNOA et AAPM : quels sont les engagements ?

Le Président du Conseil National de l’Ordre des Architectes (CNOA) et le Président de l’Association des Architecte-Paysagistes du Maroc (AAPM) ont paraphé une convention lors de leur conférence de presse commune, dans l’esprit de l’accord signé en 2006 entre l’Union Internationale des Architectes (UIA) et la Fédération Internationale des Architectes Paysagistes (International Federation of Landscape Architects, IFLA). Il était temps que ces deux métiers puissent faire aboutir leurs synergies.

Dans l’intérêt mutuel entre les deux organisations, et dans le but de maintenir une alliance solide d’institutions de prédilection en architecture, en paysage, en environnement, en planification, en urbanisme, en gestion et en conception, afin de mieux répondre aux besoins de leurs membres respectifs les présidents des deux associations se sont mis d’accord sur ce qui suit :

1. Reconnaitre la nature distincte de l’exercice de chacune des deux professions singulières, mais aussi complémentaires de l’architecture et de l’architecture de paysage.
2. Collaborer et coopérer afin de renforcer les rôles de l’architecture et celle de l’architecture de paysage, renforcer l’importance de l’espace, améliorer la qualité de vie des citoyens et fournir un service expert pour soutenir les besoins de leurs professionnels respectifs au travers du développement, l’engagement et de l’action communs.
3. Le CNOA est responsable du fonctionnement, de la règlementation et du développement de la profession d’architecte au Royaume du Maroc.
4. L’AAPM, unique représentante de l’IFLA au Maroc, est responsable du fonctionnement, de la règlementation et du développement de la profession d’architecte-paysagiste au sein du Royaume.
5. Les deux parties s’engagent à préparer des plans stratégiques et des plans d’action et à faire des recommandations à leurs conseils, comités, groupes de travail et associations membres dans le but de renforcer et développer les termes de cet accord.
6. Les Présidents et les membres représentatifs des conseils exécutifs, des comités et des équipes de travail des deux parties seront invités aux réunions de chacune des organisations, selon le cas, afin de traiter les enjeux et questions d’intérêt commun.
7. Les deux parties se tiendront mutuellement informés des évènements et activités entrepris par leur organisation et, le cas échéant, inviteront une représentation officielle aux principaux évènements de leur organisation.
8. Les deux parties s’engagent à établir des liens web vers les sites web de leurs organisations respectives.
9. Les deux parties informeront leurs associations membres de la signature de cet accord afin de renforcer la coopération, la collaboration et le développement futur des deux professions au Royaume du Maroc.
10. Le présent accord reste en vigueur jusqu’à ce que l’une ou l’autre des organisations communique par écrit son souhait de modification ou de résiliation. (Un préavis de six mois doit être donné par écrit pour toute modification, modification ou résiliation imminente du présent contrat.)

Cette convention signée par les présidents internationaux des deux associations en 2006 a mis tout de même treize ans pour qu’elle fasse l’objet d’une attention particulière au Maroc.  Laquelle   attention est à mettre au crédit d’Azdine Nekmouche, président du CNOA, animé d’un esprit de responsabilité et fédérateur. 

 A 67 ans Azdine Nekmouche, architecte diplômé de l’Unité Pédagogique d’Architecture, UP1, à Paris est un militant de la première heure. Ainsi, il a contribué à  la mise en place du premier conseil régional version loi 16/89 avec comme président Feu Ahmed HARIRI.
Puis membre du Conseil Régional du Centre avec comme Président Hassan El Manjra; Il a  été élu par ses pairs, entre 1998 et 2004, président de l’ordre des Architectes de la région du Centre pendant deux mandats. Durant cette période il a largement participé à la reconnaissance des architectes comme acteurs majeurs de la ville. 
Un travail qui lui vaudra d’être porté, à une grande majorité, à la tête du Conseil National de l’Ordre des Architectes (CNOA) lorsqu’il se présentera à cette fonction suprême en 2018. En tant que militant associatif il a été membre fondateur du comité de jumelage Casablanca –Chicago, ex membre du Comité scientifique de l’Union Internationale des Architectes(UIA) pour l’organisation de son Congrès international à ISTAMBUL et membre fondateur de l’ASAC association caritative dont l’objectif est de promouvoir le sentiment de confraternité et de solidarité entre confrères architectes. Il est aujourd’hui vice-président de l’Union des Architectes d’Afrique-Zone Nord.

Détenteur d’une Maitrise en Gestion de Projet d’Aménagement et Design Urbain et diplômé en Architecture de Paysage à l’Université de Montréal, Akram El Harraqui est membre de la Canadian Society of Landscape Architects (CSLA) et l’Association des Architectes-Paysagistes du Maroc qu’il préside. Avec près de 15 années de carrière, il s’est spécialisé dans la conception de grands projets à vocation urbaine et environnementale, de plan masse de quartiers résidentiels, de développements
récréo-touristiques (hôtels, resorts et spas) mais aussi d’espaces urbains et publics. En 2006, il débute sa carrière en Chine, où il était en charge du développement de concepts et de philosophies de design pour des projets de master planning. Il retourne ensuite au Canada et travaille sur des projets locaux et internationaux, notamment en Asie, au Moyen- Orient et en Afrique du Nord. Après quelques années, il intègre et devient associé chez Projet Paysage Inc., où il intervient dans plusieurs pays tels que la Suisse, la France, l’Australie et bien d’autres. Il s’installe au Maroc pour fonder Premier Art et contribue à la conception de plusieurs projets d’envergure. En décembre 2015, Akram El Harraqui a été nommé Président de l’AAPM. Dans le cadre de ce mandat, l’organisation de la 5ème Édition du Symposium Africain du Paysage et de l’environnement, contribue à la création d’un programme d’esneignement du paysage, ou encore la création du Comité Climate Change Task Force au sein de l’IFLA (International Federation of Landscape Architects). 

Paru dans CDM Chantiers du Maroc n°179 – Janvier 2020

Top