ICI
ACCUEIL > ACTUALITES > ARCHITECTURE > Confort et habitat : l’adaptabilité des logements au menu de la 13° édition

Confort et habitat : l’adaptabilité des logements au menu de la 13° édition

l’adaptabilité des logements dans le confort

« Ni les architectes ni les promoteurs immobiliers, dans leur globalité, ne pensent à construire systématiquement de manière adaptable. »

Pourquoi et comment concevoir actuellement des logements qui seront adaptées aux personnes âgées, à la mobilité plus réduite, que nous serons demain ?

Du début des années cinquante à 2010, les Marocains ont gagné près de 32 ans d’espérance de vie à la naissance.  S’il s’agit d’une excellente nouvelle, ce vieillissement démographique crée des défis sans précédents pour les pouvoirs publics : en 2050, les personnes de plus de soixante ans représenteront près d’un quart de la population totale.  D’ici là, 10 millions de personnes, dont certaines seront dépendantes suite à la survenue de certains handicaps, nécessiteront un accueil spécifique. De coutume, c’est la famille qui se voit confier le rôle de prise en charge, d’aide et d’assistance des personnes âgées dépendantes. Cependant, dans un contexte marqué par la nucléarisation des ménages et l’intensification de la mobilité spatiale, la famille a de plus en plus de difficultés à assumer complètement ce rôle.
Comment adapter et financer les soins de santé pour organiser cette prise en charge ? Quels services et logements faudra-t-il développer dans le contexte marocain, en l’absence totale de maisons de repos et de soins, où le respect des personnes âgés est un des piliers incontournables de la culture ?
Si le pays décide de construire un certain nombre de maisons de repos et de soins pour accueillir les personnes âgées les plus dépendantes (victimes de handicaps lourds tels que la maladie d’Alzheimer), il convient de ne pas commettre les erreurs commises par  les Européens et les Américains.  Ceux-ci ont traditionnellement conçu ces maisons de repos comme des hôpitaux, avec une architecture en corridors, en ce concentrant sur les soins à administrer.  Au contraire, en partant d’une page blanche, le Maroc pourrait s’inspirer des meilleures pratiques et préconiser une architecture résidentielle basée sur la personne. Cette philosophie permet aux personnes de s’y sentir bien, de garder leur autonomie et d’ainsi encore augmenter confortablement leur espérance de vie, tout en diminuant la culpabilité des familles d’avoir dû « placer » leurs grands-parents dans un home.
D’autres pistes existent cependant, qui rencontrent davantage la culture marocaine,et qui préconisent le vieillissement à domicile.
C’est également la piste choisie par le Conseil Économique, Social et Environnemental du Maroc, qui constate que les logements et les infrastructures sont inadaptées et inaccessibles pour les personnes âgées et demande des dispositions légales explicites pour garantir l’accès, la circulation et la sécurité des personnes âgées.
Dans ce cadre, nous mettons l’accent sur la conception universelle (appelée « design for all » par nos confrères anglo-saxons). Il s’agit d’une stratégie qui vise à concevoir et à composer différents produits et environnements qui soient, autant que faire se peut et de la manière la plus indépendante et naturelle possible, accessibles, compréhensibles et utilisables par tous, sans devoir recourir à des solutions nécessitant une adaptation ou une conception spéciale.  Les architectes et les promoteurs peuvent ainsi concevoir des logements adaptables qui ne ressemblent pas à des logements pour personnes handicapées.  Ceci va permettre aux personnes d’habiter dans un logement fonctionnel et agréable, mais aussi d’y résider le plus longtemps possible, même si un handicap intervient.
Tout comme la gestion parcimonieuse de l’énergie et des ressources naturelles, la conception universelle fait partie de la construction durable.  Elle est particulièrement utile et importante dans la conception des cuisines et des salles de bains.
La construction (ou la rénovation) de logements adaptables permettra d’améliorer la qualité de vie des personnes âgées dans un environnement qui restera confortable et de diminuer le poids du vieillissement sur les finances de l’Etat. Pour le secteur il s’agit d’un marché immobilier de qualité, mû par une tendance démographique forte, et d’un bon investissement stable à long terme.

Jean-Christophe Vanderhaegen
Directeur Général, Confédération Construction
Bruxelles-Capitale – Vice-Président, European Association of Homes and Services for the Ageing
Fondateur, European Centre for Education and Research in Ageing Services
Membre du Conseil d’Administration, European Ageing Network
Administrateur,Fédération Nationale Avenir et Qualité de vie des Personnes Agées, France

Paru dans CDM Chantiers du Maroc n°164 – Août/Septembre 2018

Top