ICI
ACCUEIL > ACTUALITES > Du béton des entrepreneurs et des ingénieurs à celui des architectes

Du béton des entrepreneurs et des ingénieurs à celui des architectes

béton des architectes

OSCAR RIBEIRO DE ALMEIDA DE NIEMEYER SOARES(1907-2012)
Il est certainement le plus célèbre des architectes et designers brésiliens et sa production qui s’inscrit parfaitement dans le mouvement du style international fait la place belle au béton. .Avec l’urbaniste Lucio Costa, il a construit les plus beaux monuments de Brasilia au milieu des années 1960. Après la dictature, il s’exile en Europe où on lui confie la construction construit du siège du Parti communiste français, l’ancien siège du journal L’Humanité et la Maison de la culture du Havre ou encore la Bourse du travail à Bobigny.
Il met fin à son exil en 1985 et, de retour au pays, il conçoit, jusqu’ à sa mort de très nombreuses réalisations dont le Musée d’art contemporain de Niteroi et l’auditorium de São Paulo, inauguré en 2005.

SANTIAGO CALATRAVA VALLS
A la fois architecte, artiste, et ingénieur, l’Espagnol originaire de Valence, Santiago Calatrava, est attiré dès le début de sa carrière par les figures géométriques. Devant les difficultés qu’il connaît pour engranger des commandes, il commence à répondre aux concours. C’est ainsi qu’il signe, en1983, son premier grand contrat, pour la conception et la construction de la gare de Stadelhofen à Zurich où il installe son bureau.

En 1984, on lui confie la construction du pont Bach de Roda, commandé pour les Jeux olympiques de Barcelone. Le projet fait parler de lui, ce qui lui permet de réaliser par la suite de nombreux ponts qui feront sa réputation. Parmi eux, le pont de l’Alamillo, commandé pour l’Exposition universelle de Séville de 1992; le Campo Volantin Footbridge à Bilbao, le pont Alameda et une station de métro à Valence.

En France, il construit la fameuse gare de Lyon-Saint-Exupéry TGV puis s’installe à Valence pour suivre de près les grands travaux de la Cité des Arts et des Sciences dont il est lauréat du concours international. Dans sa carrière internationale, il laisse son empreinte partout dans le monde. Aujourd’hui, des villes comme Toronto avec le BCE Place mall, Lisbonne et sa gare d’Orient et bien d’autres s’enorgueillissent d’avoir une oeuvre de Calatrava.

LES RÉCENTS APPORTS DU BÉTON DANS L’ARCHITECTURE
Ces dernières décennies ont vu apparaître de nouvelles techniques qui ont conduit à l’élaboration de bétons performants :
– Les bétons hautes performances (BHP) qui, avec l’emploi de plastifiants, permet de réduire la teneur en eau du mélange, à consistance égale, entraînant la suppression d’un volume important non mobilisé par l’eau nécessaire à l’hydratation du ciment. Sa résistance est de 60Mpa à 100 Mpa.
– Les bétons très hautes performances (BTHP) avec l’utilisation de particules ultrafines (fumées de silice) de moins d’un micron qui contribuent à réduire encore plus la porosité. Les BTHP ont des résistances de 100 à 150 Mpa.
– Les bétons fibrés à ultra hautes performances (BFUHP) qui se distinguent des bétons à hautes et très hautes performances par leur résistance à la compression supérieure à 150 Mpa et l’emploi systématique de fibres qui assurent la non fragilité du matériau et modifient le recours aux armatures passives, allant même jusqu’à leur absence totale dans certains cas.

LE BÉTON : UN MATÉRIAU D’AVENIR ?
Si le béton continue à être le premier matériau utilisé en structure, il faut cependant constater une récente désaffection mondiale pour ses qualités esthétiques qui ont fait le bonheur des architectes durant tout le XXe siècle et au Maroc durant sa seconde moitié.

Le tremblement d’Agadir en 1961 a permis de faire sortir de terre une ville nouvelle dédiée à l’expression du béton. Louis Riou, Henry Tastemain, Eli Azagury, Claude Verdugo, RenéDeneu…et surtout Jean François Zévaco ont perfectionné la mise en oeuvre de ce matériau en travaillant sur les coffrages, la taille des agrégats etc… Puis, ses qualités de « moulabilité » furent, quelque peu, mises aux oubliettes pour réduire sa fonction à la structure poteau-poutre.

Pas pour longtemps ! Car grâce aux nouvelles formulations très liquides et aux résistances élevées, une nouvelle vie s’offre au béton. Les laboratoires des compagnies cimentières travaillent d’arrache-pied pour proposer aux architectes des bétons blancs ou colorés ultra performants pour habiller leurs façades, des bétons écologiques absorbeurs de carbones, lumineux, translucides, perméables et imperméables… Et la liste n’est pas finie.

Le béton reprend du poil de la bête, il n’a pas dit son dernier mot !

Paru dans A+E Architecture et Environnement au Maroc 

Top