ICI
ACCUEIL > ACTUALITES > BTP QUI BOUGE > Bauma 2019 ou les ambitions du digital dans les chantiers construction

Bauma 2019 ou les ambitions du digital dans les chantiers construction

Bauma 2019

Avant sa tenue, Bauma 2019 fait le point sur l’évolution du secteur du matériel de construction dans le monde. Une volonté d’investissement supérieure à la moyenne et des prévisions positives. Cependant, le seul bémol relevé est la pénurie de travailleurs qualifiés quant à la numérisation elle a encore beaux jours devant elle.

Environ deux mois avant la tenue du salon mondial Bauma, le 8 avril 2019, Messe München a présenté des résultats exclusifs d’études pour le secteur des machines de construction. Principales conclusions du « baromètre de l’industrie Bauma » : l’ambiance mondiale en faveur des investissements est positive, le manque de main-d’œuvre qualifiée est le défi numéro un et la mégatendance de la numérisation déterminera l’avenir, mais en est encore à ses balbutiements.

La volonté d’investir dans le secteur des machines de construction est à un niveau très élevé dans le monde et continue d’être considérée avec un optimisme prudent dans les années à venir.
C’est l’une des conclusions du « Bauma Industry Barometer », une étude représentative qui a interrogé environ 10 000 experts de l’industrie sur une période de deux mois. 44% des personnes interrogées envisagent d’augmenter le volume d’investissement de leur entreprise à l’avenir. En comparaison régionale / pays, l’Afrique (68%) et l’Asie (67%), en particulier, sont optimistes quant à la tendance des investissements. Le chiffre pour l’Europe est de 42%. À 39%, l’Allemagne est un peu plus sceptique.

« La majorité des répondants supposent que les investissements resteront à un niveau élevé. Cela illustre l’ambiance extrêmement positive qui règne à l’égard du développement économique du secteur des machines de construction. Mais cela montre également qu’une volonté d’investissement supérieure à la moyenne est nécessaire pour rester compétitif à long terme », déclare Klaus Dittrich, président du conseil d’administration et président-directeur général de Messe München, évaluant le climat propice à l’investissement.

Le grand défi: la pénurie de travailleurs qualifiés
Plus de la moitié des répondants (58%) considèrent que la pénurie de main-d’œuvre qualifiée est le principal défi de l’industrie. Ceci est un problème majeur en particulier pour les pays industrialisés traditionnels, mais moins pour les pays peuplés tels que la Chine et l’Inde. Parmi les autres principaux défis, il convient de citer la pression croissante exercée par la concurrence et les prix (31%), le durcissement des lois et réglementations environnementales (24%) et la numérisation des processus métiers 19%).)

Electromobilité et numérisation : des domaines de recherche importants
La numérisation est également de plus en plus utilisée dans l’industrie des machines de construction, mais elle en est encore à ses balbutiements : seuls 4% se considèrent comme des leaders en matière de numérisation. Plus de la moitié des répondants ont déjà numérisé des parties de leur entreprise (28%) ou ont au moins commencé à le faire (25%).

Cependant, 22% attendent toujours de voir ce qui se passe, 20% ne voient aucune nécessité d’agir. Cependant, outre l’électromobilité, les domaines de recherche les plus importants de l’industrie sont les thèmes numériques, des réseaux numériques au sein de la production, en dehors de la production, du BIM à l’Internet des objets.

Pour plus d’informations, visitez notre site web

Pour lire l’intégralité de ce document, CDM Chantiers du Maroc n°169 – Février 2019 est disponible dans les kiosques

 

Top